David Etienne nous livre ses sensations durant le Marathon de Nice


9 Novembre 2014, départ 8H00 ... Avec un beau soleil levant... une ambiance musicale ad hoc et une mise en place des SAS parfaite.

Objectif du jour -2h40 …. Et surtout de ne pas trop finir aux abois car le Championnat National Terre de cross à Saumur (2 jours avant) a certainement laissé quelques traces même si j’ai ménagé ma monture pour l’épreuve niçoise.

Le départ est donné ... comme d’habitude l’émotion est là ... savourant cet instant... en me considérant comme un chanceux ... comme quelqu’un qui détient cette chance incroyable d’être en bonne santé ... mais aussi de pouvoir courir sur ce site merveilleux !

Après les émotions, place à la stratégie de course ... à priori la première partie du parcours est roulante ... et je le confirme ...
Je prends le risque de rejoindre d’entrée de jeu le groupe des kenyanes.
On joue au yoyo... 18 puis 16 puis 15 puis 17km/h... histoire d’éliminer les adversaires.
Je pars bien en 36’13 au 10km.

Ce jeu, très fatigant, me pousse à décrocher au km 20 ... et ainsi de me focaliser sur mon train programmé ... soit 3’42/km.

Passage au semi en 1h17’19.
Je suis bien, et je reste très vigilant sur la prise des ravitaillements..

Puis, les conditions se dégradent ... et cela se complique pour moi.
La pluie programmée est bien là ... et le vent du nord me rend transi de froid ... je ne devais pas être le seul.
Je ralenti à 3’55-3’50/km puis la côte de la Garoupe . On y est ... km 28 ...
Elle grimpe ... rigolote pour certains traileurs ... mais sa longueur impose un ralentissement de 30"/km pour ne pas exploser par la suite ...
Ensuite l’Eden Rock ... Golfe Juan ... C’est joli comme tout... mais mes foulées dans les flaques d’eau deviennent pénibles.
Je glisse parfois ... et le cross commencent à se faire ressentir.

Crampes aux mollets ... Pim-Pam ... des alertes ... qui m’imposent à lever le pied dès le km 30 ... Passage 1h51’15
Eh bien !! Ceci va être complexe ... les premières fatigues arrivent ... mais par chance, je me fais doubler par un allemand au km 30 ... et j’accroche ... Je lis sur son débardeur ’’Schumacher"... Et afin de soustraire les douleurs, j’engage la discussion ... il participe ... tant mieux.
Puis, il me demande avec un bel accent mon âge ... Rigolo ... non non ! une place pour la boîte V1 est en jeu ...
Je ne l’avais pas compris. Mais dès que je lui ai dit mon âge ... la discussion s’est écourtée, puis, il s’est mis à mettre des tampons ...
Pris au jeu ... je réponds ...et un mano à mano du 30 au 35 km s’engage ... Super ... je suis encore sur les bases de mon record soit 2h36 !!
Mais, car il y a un mais !! mes crampes reviennent... et de plus en plus fortes, et, je dois lâcher prise...
Vers le km 38, je relance. Je me sens bien et je passe la côte d’Antibes mais les crampes aux mollets auront encore une fois eu le dernier mot ... Moi qui aime accélérer à la fin … Je ne peux pas …
Je cours sur des œufs... pour terminer difficilement à 15km/h ...
J’entends la voix de chocho au km 41…qui m’a reconnu et qui me cite en rapport aux facéties réalisées la veille à l’expo ...
Je franchi la ligne … Contrat rempli ... Résultat : 2h38’24 - 19°/8200 et 2°/2045 V1H

Je place ce parcours et cette organisation parmi les meilleurs.
Une belle aventure humaine et sportive... Avec une organisation et un cadre remarquable !!

Retrouver les résultats ici